Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Affaire Iacono - Le livre
  • Affaire Iacono - Le livre
  • : Christian Iacono, ex-maire de Vence, a été condamné, en avril 2009, à 9 ans de réclusion pour le viol de son petit-fils. Il a fait appel de cette décision de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Journaliste à Nice-Matin, Gérard Porcheron raconte son enquête menée en 2003-2004. Il rend compte du procès et de l'appel dans ses livres: Affaire Iacono - Non Papy, je n'ai pas menti. et La douleur ça ne se rêve pas.
  • Contact

Recherche

29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:53

Suite des extraits du livre "La douleur, ça ne se rêve pas".

On est en page 52, Gabriel s'exprime (voir aussi les articles publiés les 10 et 15 juin) : " Si j'ai accepté le principe de la confrontation et des contre-expertises, c'était pour montrer que je ne mentais pas. J'ai toujours voulu que la vérité soit dite. Je veux la présence des journalistes à ce procès parce que je veux que les gens sachent que je dis vrai. Je veux que ce soit moi qu'on croit. Pas le manipulateur. Pas le politicien. Je veux être reconnu comme victime. Tout ce qu'il y a autour ne m'intéresse pas. Je ne suis ni manipulé ni sous emprise sectaire. Ce que je dénonce, c'est du vécu, de la douleur et de la haine. Tout le reste, je passe au-dessus. Et c'est vrai, mon regard ne croise pas celui de mon grand-père. Tout simplement parce que je ne regarde pas quelqu'un qui ne me respecte pas. Le jour où il avouera, peut-être. Pas tant qu'il mentira. Tout ce qu'il dit est faux. Il le sait très bien. Il sait très bien qu'on faisait la sieste avant qu'il parte en mairie. Il sait très bien qu'il y avait des attouchements à ce moment-là..."
La déposition se poursuit.
Maître Sandrine Reboul interroge Gabriel : "Comment étaient les relations avec ton papa et ta maman? Très dures, comme on le dit? Avec des brimades?
- J'ai eu une éducation normale. Avec des défauts et des qualités. J'ai reçu de l'amour. Mais, à cause de son travail, mon père était souvent absent.
- Il était violent? D'une sévérité extrême? Il te rabaissait?
- Non!
- Ton père a-t-il essayé de te manipuler?
- Non!
- T'a-t-on demandé d'inventer des histoires?
- Non!
- Y a-t-il eu une éducation violente?
- Non. La seule chose c'est qu'avec mon grand-père, j'avais tous les droits. Ca, mes parents ne l'acceptaient pas!...

La parole à l'avocat général, Roland Mahy.
" En quoi votre grand-père pouvait-il être un dieu? Vous avez employé ce terme à deux reprises dans votre relativement courte déposition. Qu'est-ce qui vous fascinait chez lui? Son écharpe bleu, blanc, rouge? "
- Oui. Et tout le monde le connaissait. Il me faisait entrer partout.
- Cet homme exerçait une autorité naturelle conférée par son statut. Vous arrive-t-il, aujourd'hui, de penser qu'il ait pu déraper? Ne pas accepter la contradiction de votre père. Il était habitué à donner des ordres. A les voir exécutés. Il y avait un hiatus avec votre papa qui lui résistait. N'était-ce pas de nature à provoquer chez lui des colères irrationnelles?
- Peut-être mais nous sommes tous colériques dans la famille.
- Vous évoquez des caresses malvenues, des attouchements inapropriés, vous dites avoir partagé son lit, vous confirmez que ces actes n'ont pas été systématiques. Vous ne voyiez donc pas d'incompatibilité à vous coucher près de lui?
- Non!
- Comment se manifestait sa tendresse? Il vous câlinait? Il vous prenait dans ses bras?
- Je lui sautais dessus. Il m'embrassait. Il m'offrait un réglisse dans l'avion. Il y avait aussi un aspect financier. J'avais des cadeaux. Il ne se passait pas une journée sans que j'aie quelque chose à déballer.
- Aviez-vous conscience qu'on pouvait acheter votre affection?
A cette époque-là, non. Aujourd'hui, oui! C'est pour ça que je me sens sale. Cette générosité excessive, débordante, je l'analyse maintenant comme une manière de m'acheter...
Le président relaie une question d'un juré : " Votre grand-mère maternelle n'a jamais essayé de comprendre? "
- Pour elle, je suis " l'enfant ". Pas son petit-fils. Je n'accepte pas le manque d'égard qu'elle a eu envers moi. Elle a essayé de m'agresser lors du précédent procès. Elle pourrait revenir vers moi maintenant, je ne lui prêterais aucune attention...
- Selon vous a-t-elle pu s'apercevoir de quelque chose?
- Je pense qu'elle peut être au courant, en effet.

 

 

Le livre "Affaire Iacono, la douleur ça ne se rêve pas" est désormais en vente sur le site Lulu.com

Pour l'acheter, cliquez sur le lien suivant: 

 

http://www.lulu.com/browse/search.php?fListingClass=0&fSearch=affaire+iacono

Partager cet article

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article

commentaires

youpi26 30/09/2011 10:15


Quelle surprise ! Après avoir vu le reportage sur France 2, je me suis mis à chercher un site sur internet et je suis tombé sur le vôtre. Etrangement, je ne m’attendais pas à voir autant
d’animosité et de critiques envers Monsieur Iacono (le grand père). J’ai pourtant vu la même chose que vous et les commentaires sur le reportage sont sans discussion. Or, vous, pour des raisons
certainement personnelles que je ne connais pas, vous sembler vous acharner sur lui alors qu’aujourd’hui la vérité a éclaté !! . Surprenante votre obstination aussi à vouloir à tout pris vendre un
livre (ou 2) qui n’a plus sa place dans le contexte car ce n’est certainement pas des extraits du livre que vous mettez en évidence mais bien des extraits du mensonge de cet enfant que j’ai vu à la
télé. Quel en devient alors l’intérêt ? Finalement Mr Porcheron, votre haine envers Mr Iacono laisse supposer à vos lecteurs que vous êtes peut-être tout simplement Mr Iacono fils ou que vos textes
sont le fruit de ce père indigne qui n’a même pas le courage de s’excuser auprès de sa famille. Se retrancher derrière la haine finit par vous aveugler complètement….Ce reportage est criant de
souffrance, de vérité et de sincérité. Où percevez-vous la mascarade ? Le petit fils est très clair dans ses affirmations de rétractation même si on beaucoup de mal à vouloir lui pardonner.
D’ailleurs il est si clair que la Justice l’a écouté et son grand père a été libéré .La mascarade, Mr Porcheron, c’est vous et vous seul qui la cultivez par vos écrits et par vos extraits
aujourd’hui sans intérêt .Et puis, quel courage Monsieur avait vous ??? C’est si simple pour vous de salir les gens sur internet et ayez le courage d’affronter vos protagonistes les yeux dans les
yeux. Vous manquez indéniablement de discernement et d’ouverture d’esprit (surprenant toutefois pour un pseudo-journaliste) .Et puis vous semblez franchement avoir un problème plus profond : vous
parlez des « iaconistes » en parlant de cette famille en souffrance : quel manque de respect envers eux ! Finalement Mr Porcheron , je me suis permis de vous écrire cela (sans respect d’ailleurs
mais pour la cause de cette pauvre famille) mais comme vous êtes déjà « vide » je pense franchement que votre réponse sera encore sans intérêt. (D’ailleurs vous ne m’y reverrez plus)
Ouvrez les yeux Monsieur, remettez vous en question car cela serait pour vous enfin …une marque d’intelligence !


L'auteur 30/09/2011 10:51



Bonjour Youpi26. En voilà un joli nom! Que de haine pour quelqu'un qui prétend découvrir l'affaire et s'être mis à chercher un site. A vous lire, on jurerait que vous connaissez bien les
protagonistes. Enfin certains d'entre eux. Très bien même. Faute de connaître une vérité qui vous apparaît évidente en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Heureusement que vous ne jugez
pas. Ce serait expéditif, dites donc. Et vous avez, avec les-dits protagonistes, le point commun d'avancer masqué. Adieu Youpi 26. Vous avez raison n'y revenez plus. Vous n'avez aucune légitimité
pour donner des leçons surtout à parler "d'yeux dans les yeux".



tristesse 29/09/2011 18:50


souvenirs souvenirs...
Les paroles s'envolent, les écrits restent... heureusement !!!