Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Affaire Iacono - Le livre
  • Affaire Iacono - Le livre
  • : Christian Iacono, ex-maire de Vence, a été condamné, en avril 2009, à 9 ans de réclusion pour le viol de son petit-fils. Il a fait appel de cette décision de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Journaliste à Nice-Matin, Gérard Porcheron raconte son enquête menée en 2003-2004. Il rend compte du procès et de l'appel dans ses livres: Affaire Iacono - Non Papy, je n'ai pas menti. et La douleur ça ne se rêve pas.
  • Contact

Recherche

13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 15:30

Deux semaines et les magistrats de la cour d'appel d'Aix-en-Provence rendront leur délibéré. Ils diront s'ils élargissent ou non le condamné. Sous condition. Pas en le blanchissant, non! Ça, c'est à la cour de révision qu'il appartiendra peut-être un jour de le faire. Peut-être? Selon ce que donnera le complément d'enquête en cours.
Pourquoi ces deux semaines de réflexion?
Les ténors des barreaux n'auraient-ils pas été convaincants.
Personnellement, je n'y crois pas.
Je les imagine. L'un plaidant plus que les autres.
Les connaissant, je les vois dans leurs effets de manche. Se dandinant, s'agitant, s'agaçant, s'emportant, s'écoutant, s'admirant.
"Notre client est âgé. Si vous pensez qu'il a pu violer, soyez rassurés... Et puis son accusateur s'est rétracté. On vous garantit sa représentation. Il peut même s'acquitter d'une caution."
De quoi convaincre, non? La preuve : ces arguments-là ont fait leur effet à plusieurs reprises. L'été dernier, notamment.
Pourquoi pas cette fois?
Peut-être parce que les magistrats veulent attendre que leurs homologues de la commission de révision aient terminé leur complément d'enquête. Les auditions déjà menées n'ont peut-être pas été suffisamment convaincantes.
Enfin, je dis ça. C'est pure supputation. L'avenir parlera.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article

commentaires

Philippe Siogli 30/03/2012 08:38

Quant à Outreau, et les soi-disant innocents incarcérés puis élargis suite aux divers revirements, si vous vous intéressez à ce genre de cas, allez flâner sur le site pedopolis, www.pedopolis.com
qui vous en apprendra plus que vous ne souhaiteriez sans doute sur la réalité de la situation en Europe, la puissance des réseaux contrôlés par des magistrats et des policiers, qui expliquent que
sur 1000 disparitions annuelles d'enfants en France on ne retrouve jamais personne, ou en très mauvais état. Pas retrouvés puisque souvent dépecés et mangés rituellement, après que la secte en ait
usé selon ses méthodes ordinaires, viol, tortures, puis assassinat sanglant.
Je fais le lien avec l'affaire Iacono car, comme le relate Gérard Porcheron, des photos étaient prises, et Gabriel a évoqué d'étranges cérémonies qui ressemblent à s'y méprendre à des scènes
récurrentes décrites en divers témoignages sur pedopolis.

Philippe Siogli 28/03/2012 17:51

@Cristina
Vous comprenez bien que les témoins de première main parlent de ce qu'ils ont constaté ; Gabriel a effectivement vécu ce qui a justifié la condamnation de son grand-père. Si la commission de
révision n' avalise pas le principe d'un nouveau procès, Iacono restera condamné effectuant sa peine chez lui, preuve, si besoin était, d'une mansuétude particulière envers les notables.
Que Gabriel soit dans le déni, pour des raisons qui nous semblent, à sa tante, sa mère, et moi son oncle, des plus suspectes, connaissant parfaitement sa relation pathologique à l'argent, ne change
rien aux faits longuement débattus au cours des trois procès.

Cristina 27/03/2012 20:49

Le problème est que Gabriel, et je vous parle en tant que citoyenne lambda qui suit l'affaire dans les médias, ne semble pas avoir le profil d'un traumatisé,. Vous voyez, par ex, même ce que vous
dites sur ses tentatives de suicide, on a tendance à les mettre sur le compte d'un enfant gâtée cherchant à attirer l'attention. J'ai lu le billet de sa tante James, et ça ne fait que confimer
cette impression, d'un manipulateur (je réitère le fait que ceci n'est que mon impression et non une accusation) profitant d'une situation familiale spécifique (papa maman divorcent, papa ne
s'entend pas super bien avec papy) pour bien chambouler tout le monde.. J'ai par exemple en tete le fils Villiers, vous voyez le profil et ce que j'essaye de dire? Là on sent l'écorché vif, un peu
fragile envore, même quand il s'était rétracté on la sentait la pression de la famille..Et puis d'autres malheureuses histoires similaires où l'on retrouve un profil d'adulte avec la blessure
d'enfant encore béante, qui ont du mal à se reconstruire et avoir des enfants... Or avec Gabriel je ne l'ai pas senti, on ne retrouve pas ce profil (et j'ai appris avec surprise qu'il est déjà
papa), et je pense que cela explique qu'il y ai des gens, comme moi, qui ont du mal a suivre vos arguments et plutôt tendance à croire à une manipulation d'enfant.. Ceci dit, je suis conciente que
mon avis n'en vaut pas plus que cela car seule la famille peut savoir. Je n 'ai pas du tout envie de polémiquer car l'affaire ne me concerne pas, elle attire juste mon attention par la violence des
échanges d'une partie (ceux qui soutiennent l'accusation) et de l'autre (ceux qui soutienne la rétractation ). Je plains cette famille car ce doit être une situation horrible pour tout le monde, je
n'arrive même pas à imaginer..

Philippe Siogli 27/03/2012 17:47

Pourquoi, gente dame ? Parce qu'un enfant qui tente par quatre fois d'attenter à sa vie, à cause du mal-être dans lequel il vit depuis l'acte, qui, malgré une intelligence reconnue, a été très tôt
en échec scolaire car il avait bien d'autres choses en tête que se concentrer sur ses livres, qui de surcroît accepte à l'adolescence des examens intrusifs et humiliants -eh oui, à quatre pattes,
figurez-vous- car cela lui paraît le prix à payer pour que sa parole soit prise en compte ne se rétracte pas par hasard.
Cherchez à qui cela profite, à tout hasard.

Cristina 27/03/2012 10:36

Heu.. effectivement, si l'accusateur s'est rétracté, cela est un argument, ne vous en déplaise. De quel droit vous décideriez de la valeur d'une rétractation de l'accusateur même? Pourquoi
l'accusation d'un enfant aurait-elle plus de poids que la rétractation d'un adulte? Je me rappele que dans l'affaire Outreau il y avait des "preuves indéniables" de la culpabilité des 17 accusés...