Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Affaire Iacono - Le livre
  • Affaire Iacono - Le livre
  • : Christian Iacono, ex-maire de Vence, a été condamné, en avril 2009, à 9 ans de réclusion pour le viol de son petit-fils. Il a fait appel de cette décision de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Journaliste à Nice-Matin, Gérard Porcheron raconte son enquête menée en 2003-2004. Il rend compte du procès et de l'appel dans ses livres: Affaire Iacono - Non Papy, je n'ai pas menti. et La douleur ça ne se rêve pas.
  • Contact

Recherche

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 17:33

Retour en arrière. Rafraîchissons-nous la mémoire. Nous sommes le 10 avril 2009. Fin du premier procès d'assises. Il est 21h03. La présidente appelle Gabriel à la barre. Il s'exprime et son témoignage à lui seul explique pourquoi la justice l'a cru. Une fois. Puis deux. Et pourquoi, elle trouve aujourd'hui la ficelle un peu grosse.
Page 356 de "Non papy, je n'ai pas menti".
Gabriel va à l'essentiel : "J'ai entendu beaucoup de mensonges pendant ce procès. J'ai vu beaucoup de comédie de la part de Monsieur Iacono. Il a voulu pleurer plusieurs fois pour vous attendrir. J'ai essayé de ne pas craquer et j'essaierai de tenir jusqu'à la fin. Ce procès n'a pas été super équitable. Il aurait fallu la sincérité des deux côtés. Ca n'a pas été le cas. J'ai été très déçu du renvoi il y a six mois. Je donne toute ma confiance à la cour ici présente. Je n'ai plus le souvenir exact de tous les faits. Mais je les ai réellement vécus! Quand j'étais petit, mon grand-père m'a vraiment fait des fellations. Il m'a vraiment touché et masturbé. Ca se passait pendant les siestes. C'est faux de dire qu'il n'y en avait pas! On dormait une heure au moins après le repas! Oui, j'ai pris des bains en été! Oui, il m'a sodomisé! Non, les portes n'étaiant pas toujours toutes ouvertes! Non, la femme de ménage n'était pas là en permanence! Non, mon arrière-grand-mère n'était pas là systématiquement! Oui, ma grand-mère partait parfois faire des courses. Et non, elle ne m'emmenait pas à chaque fois."
Il a bonne mémoire à ce moment-là celui qui va être deux fois confirmé dans son statut de victime. Il faudra qu'il explique aux magistrats comment il a pu dire tout ça si ces allégations n'avaient aucun fondement.
Et c'est pas tout. Suite dans un prochain article.

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 11:41

J'ai profité d'un temps mort. Et qu'est-ce que ça fait du bien de penser à autre chose qu'à cette sinistre affaire et au "foutage de gueule" qui l'entoure.
Mais je reviens demain promis. Puisque vous serez au rendez-vous aussi.

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 11:11

Ci après, le dernier commentaire que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de le publier ici. Il l'a posté sur le blog du comité de soutien. Il n'a pas résisté à la censure. Le voici. Bonne lecture.

Il s'agit de sa réaction après la décision de la commission de révision des affaires pénales de maintenir le condamné en détention.

 

Le bon sens même. Le Pr Hoestland, qui a expertisé l'enfant, décrivait le viol comme un virus informatique qui prend possession d'une proie. Un cheval de Troie, en quelque sorte. Gabriel a été approché le soir même du verdict par sa tante et sa cousine, respectivement fille et petite-fille de l'agresseur. A très peu de temps de là, Gabriel est invité par sa tante sur la Côte d'Azur, et quitte Reims. Très peu de temps après, il se rétracte, de manière pour le moins confuse dans un premier temps : "j'ai été violé, mais je ne sais pas par qui ", puis un peu plus organisée :"je n'ai jamais été violé, j'ai tout inventé ".
Sauf que deux livres de Gérard Porcheron existent, qui retracent exactement les deux procès d'assise, avec les conclusions des experts. Après leur lecture, on comprend que le premier verdict ait été confirmé en appel.
Gabriel est manifestement sous influence. La cour de révision s'honore en demandant ce complément d'enquête : elle ne peut pas croire que deux jurys populaires, vous et moi, aient pu se laisser embarquer.

 

 

Le livre "Affaire Iacono, la douleur ça ne se rêve pas" est en vente sur le site Lulu.com

Pour l'acheter, cliquez sur le lien suivant:  

http://www.lulu.com/browse/search.php?fListingClass=0&fSearch=affaire+iacono

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:54

Ci après, le dernier commentaire que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de le publier ici. Il l'a posté sur le blog du comité de soutien. Il n'a pas résisté à la censure. Le voici. Bonne lecture.

 

Ce commentaire s'adresse à une blogueuse qui se demande pourquoi maintenir le reconnu coupable en détention.

 

 

" Parce que, chère madame, comme la lecture des livres de Gérard Porcheron vous l'apprendrait, l'agresseur est un manipulateur et un pervers, et que ce ne serait pas très opportun, déjà qu'il a obtenu ce revirement pour le moins surprenant, qu'il puisse tirer encore plus commodément les ficelles.
" Il ne faut pas tout mélanger ; on n'est pas dans l'affaire Ranucci, qui avait été bâclée, comme les enquêtes sérieuses et documentées l'ont amplement montré. Un élu, avec de considérables appuis politiques, de l'argent à foison, donc tous les moyens pour retarder ou stopper une procédure a été condamné à deux reprises par deux jurys populaires, c'est à dire vous ou moi, pas plus naïfs, stupides ou manipulables que la plupart des gens, après l'audition de tous les intervenants de procès-fleuves - le président Voigt expliquait qu'il avait compté large, pour ne pas risquer de léser les parties, et ça a tout juste suffi -.
" Mais si l'on veut ne fonctionner qu'à l'émotion, ou à l'impression, on ne se fatigue même pas à feindre d'essayer de savoir, on se contente de sa jolie version ripolinée et si plausible, puisque la victime s'est rétractée. L'ennui, c'est que c'est une disposition assez fréquente, soit par remords, soit par intérêt. "

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:39

Ci après, quelques commentaires que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de les publier ici. Il les a postés sur le blog du comité de soutien. Ils n'ont pas résisté à la censure. Les voici. Bonne lecture.

 

 

 

Com sur l'avis de Robin ; publiera, publiera pas...


" Monsieur Robin, vos remarques sont tout à fait pertinentes dans un cadre général. Or là, nous sommes, comme pour toute affaire de ce type, dans le particulier. C'est pourquoi pour saisir les enjeux et la logique des protagonistes, il faut connaître précisément de quoi il s'agit. Je vous recommande par conséquent la lecture des ouvrages de Gérard Porcheron, qui resteront peut-être le seul témoignage fiable de cette affaire dans des temps à venir.
" En tant que travailleur social, je suis un peu agacé du dédain avec lequel on clabaude sur les experts ; que ce soit pour les médecins, exerçant pour le Dr Dulière depuis plus de 25 ans sur ce type de sévices, ou les psychologues, la réalité des faits n'a fait l'ombre d'un doute pour aucun ; les seuls a manifester une réserve ont été, pour le corps médical, ceux qui ont vu Gabriel plusieurs années après, ou qui ont travaillé sur photo, sans examiner la victime, et pour les autres, la curieuse volte-face récente de Mr Delcourt.
" Or tous les experts psy, sans aucune exception, ont confirmé la réalité d'un trauma parfaitement connu, avec toutes ses conséquences. Aucun n'a émis le moindre doute.
" Si l'on y rajoute l'avis médical initial, qui est tout de même le plus fiable, puisque les cicatrices s'effaceraient avec le temps..."

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:32

Ci après, quelques commentaires que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de les publier ici. Il les a postés sur le blog du comité de soutien. Ils n'ont pas résisté à la censure. Les voici. Bonne lecture.

 

 

 

in response to hoffelinck jackie:

M.Philippe iacono, vous dites que vous avez fait confiance aux experts! Or , ces experts aujourd’hui semblent dire qu’ils se sont peut-être trompés!! que pensez-vous de ça??

" Vous voulez que je me positionne là-dessus, mais à quoi cela servira-t-il ? Est-ce que mon opinion a une quelconque importance ? Je ne crois pas. En plus c’est vraiment dommage, car les commentaires de Philippe SIOGLI (l’oncle maternel de Gabriel) ont tous été censurés alors que son point de vue (plus neutre sans doute) serait intéressant au débat. Je ne vois pas bien pourquoi mon avis est toléré ici, mais pas celui de Philippe. Je vais quand même vous répondre, mais ne vous attendez pas à ce que je polémique trop là-dessus, car encore une fois, ce n’est pas sur ce blog ou dans les médias que ce débat doit avoir lieu, c’est à l’institution judiciaire de continuer son travail. Sur le fond même, aucun expert n’étant infaillible (c’est pour ça qu’on en confronte plusieurs dans une instruction), cela ne me choque pas qu’ils se trompent, qu’ils le reconnaissent, qu’ils disent « je ne sais pas ». Au regard d’élément nouveau (comme une rétractation), c’est même assez normal que certains puissent avoir cette liberté de réviser leur évaluation. Ça me parait donc plutôt sain SUR LE FOND. Par contre, sur la FORME, je suis outré qu’un expert judiciaire puisse intervenir dans les médias pour évoquer un point d’instruction. Cela n’est ni le lieu, ni le moyen. A mon sens, un expert doit s’exprimer soit dans un rapport soit dans l’enceinte d’un tribunal. De plus, cela me choque qu’un médecin évoque nominativement un cas vu en expertise. Il me semble que les obligations de secret médical devraient interdire que soient évoqués des symptômes psychiques observés dans le cadre d’un entretien psychiatrique. Imaginez un peu que l’expert qui a observé les cicatrices, vienne nous les montrer au journal de TF1 !!! Je ne suis pas un expert en déontologie médicale, mais je crois qu’une telle communication d’ordre médicale, faite en publique, n’est autorisée qu’avec l’accord express de l’intéressé, sinon c’est au Conseil de l’Ordre de sanctionner. A méditer."

 

" Ma réponse passera-t-elle ? Hum..."

 

" Se rapporte au commentaire de Philippe Iacono sur l'expert s'exprimant hors enceinte judiciaire.
" L'avis semble autorisé, venant d'un médecin.
" Dans le com, Philippe mentionne que je suis plus neutre. Effectivement, puisque je n'ai pas assisté aux procès ; j'aurais, au même titre que la filleule ou les divers témoins de moralité, pu apparaître et témoigné du peu que je connaisse sur la personnalité despotique de Christian Iacono et les divers troubles constatés chez Gabriel lors d'un séjour chez nous. Cela se serait borné à pas grand chose de probant.
" J'ai, en revanche, lu avec grande attention les deux livres de Gérard Porcheron, qui synthétisent avec talent les points clés de cette affaire, et ne laissent aucune place au doute, s'il devait, à ma place, y en avoir le moindre.
" Ce qui arrive avait été anticipé à demi-mot par plusieurs experts, qui avaient évoqué le syndrome de Stockholm et insisté longuement sur la nécessité d'une prise en charge thérapeutique à l'issue du procès, si la culpabilité de Christian Iacono était reconnue."

 

 

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:30

Ci après, quelques commentaires que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de les publier ici. Il les a postés sur le blog du comité de soutien. Ils n'ont pas résisté à la censure. Les voici. Bonne lecture.

 

 

" Le blog de ce comité de soutien est sérieux. Tellement, d'ailleurs, qu'il recommanderait, si on le lui demandait gentiment, l'acquisition urgente des ouvrages de Gérard Porcheron, qui vont bientôt être la seule balise crédible et fiable de cette lamentable affaire.

 " Puisqu'on travaille avec acharnement à réécrire l'histoire..."

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:25

Ci après, quelques commentaires que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de les publier ici. Il les a postés sur le blog du comité de soutien. Ils n'ont pas résisté à la censure. Les voici. Bonne lecture.

 

 

Réponse à miss Jackie qui s'étonne des retournements des experts ; tu as son mail, par hasard ? Au moins, elle semble intéressée de savoir. Celà dit, elle n'a qu'à acheter les bouquins de Porcheron, comme tout le monde...

"Ah bon, le Dr Dulière a tenu de tels propos, ainsi que les Dr Digeon et Ritter ? Première nouvelle ! Le Pr Grimaud ne savait pas. Comme d'habitude. Le Pr Rautureau et le Dr Cargill déclarent que s'ils avaient vu les lésions observées par le Dr Dulière, ils auraient formulé le même diagnostic.
" Sur les experts psy, Delcourt se défausse, alors qu'au procès il avait confirmé l'avis de tous les experts présents, tant psychiatres que psychologues, sur la réalité d'un trauma profond correspondant clairement aux faits incriminés.
" A ma connaissance, à ce jour, aucun autre expert n'a ainsi ouvert le parachute.
" Alors, les experts qui tournent casaque, lesquels ? "

 

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:22

Ci après, quelques commentaires que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de les publier ici. Il les a postés sur le blog du comité de soutien. Ils n'ont pas résisté à la censure. Les voici. Bonne lecture.

 

 

 

" Ce qui est assez comique dans l'histoire, c'est que les palinodies de Gabriel ne changent rien à l'affaire - comme dans la chanson de Brassens -.
" Il se rétracte ? Et alors ? En droit français, la chose a été jugée, il n'y avait pas matière à cassation, par conséquent les gabrielliennes rétractations n'ont d'autre intérêt que de mettre le doigt sur ce qui lui avait été dit très clairement par tous les experts tant psychiatres que psychologues, à savoir qu'à l'issue du procès, et malgré la condamnation, il aurait impérativement besoin d'un accompagnement compétent. Il n'en a rien fait, comme de bien entendu, et le résultat est là. Approché dès le verdict par sa tante et sa cousine.
" Beaucoup de sottises ont circulé sur ce blog ( NDLA : Celui du comité de soutien) sur la justice, qui fait ci et ça et garde des innocents en prison. Iacono a été jugé par deux fois par un jury populaire. Avant d'enfin en arriver là, malgré les preuves accablantes qui enverraient n'importe quel quidam à l'ombre pour un bon petit peu, Iacono a joui de onze années durant lesquelles il a vaqué à ses occupations ordinaires, ce qui est déjà anormal en soi : si le Dr Dulière et Mme Jouhot avaient clairement expliqué aux parents que s'ils n'effectuaient pas le signalement, elles s'en chargeaient elles-mêmes, la convergence des observations aurait déjà dû envoyer le condamné actuel, mais simple prévenu à l'époque, en détention provisoire. Comme n'importe qui dans la même situation.
" Nous saurons demain si la justice souhaite se ridiculiser ou maintient son verdict. "

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:18

Ci après, quelques commentaires que m'a adressés Philippe Siogli, l'oncle maternel de Gabriel.  Avec autorisation, bien sûr, de les publier ici. Il les a postés sur le blog du comité de soutien. Ils n'ont pas résisté à la censure. Les voici. Bonne lecture.

 


"Philippe a exactement les caractéristiques dont il fait mention : c'est un scientifique exigeant, qui ne se contente pas d'impressions, mais ne veut pas laisser la moindre chance au hasard, à travers le crible d'un protocole serré. C'est vraisemblablement ce qui fait sa valeur professionnelle, jamais démentie, que je sache. " J'ai lu quelque part mentions d'échecs, ou de manque de réussite, ou que sais-je, sans doute pour le mettre en contraste par rapport à la carrière de son père. Outre que le décor et les temps n'ont rien à voir, il me semble qu'être recruté sur ses compétences par un laboratoire conséquent, et y avoir une fort belle carrière, malgré de menus désagréments familiaux, est un parfait exemple de réussite exemplaire. Philippe ne m'a jamais paru attiré par l'argent, mais s'il avait voulu en gagner beaucoup, ses compétences le lui auraient largement permis.
" Personne n'a cru, moi pas plus que les autres. J'ai personnellement douté jusqu'aux résultats des examens cliniques. "

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article