Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Affaire Iacono - Le livre
  • Affaire Iacono - Le livre
  • : Christian Iacono, ex-maire de Vence, a été condamné, en avril 2009, à 9 ans de réclusion pour le viol de son petit-fils. Il a fait appel de cette décision de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Journaliste à Nice-Matin, Gérard Porcheron raconte son enquête menée en 2003-2004. Il rend compte du procès et de l'appel dans ses livres: Affaire Iacono - Non Papy, je n'ai pas menti. et La douleur ça ne se rêve pas.
  • Contact

Recherche

28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 11:53

Voici un extrait de la deuxième déposition de la grand-mère maternelle de Gabriel Iacono.

Rose-Mary Benett, épouse Siogli, grand-mère maternelle de Gabriel Iacono est appelée à la barre, six mois après son émouvante première déposition.
Elle revient en arrière. Au 15 juin 2000, exactement.
"Il était 23h30. Nous nous apprêtions à nous coucher. Le téléphone a sonné. C'était Elisabeth, notre fille, la maman de Gabriel. Elle était en pleurs. Sa première parole a été : "Je suis terrassée." En larmes, elle m'a expliqué ce qui s'était passé.
"Depuis quelque temps, Gabriel, jusque-là gentil et poli, avait complètement changé. Il cassait des choses. Il faisait des crises. C'en était arrivé à un point tel qu'elle ne savait plus comment faire. Ce soir-là, elle l'avait assis sur ses genoux et lui avait dit : " Parle-moi! Je ne sais pas ce qui se passe!"
"Et l'enfant avait commencé à parler. Avec difficulté. Comme s'il n'arrivait pas à faire sortir ce qu'il avait à l'intérieur."
"Il a dit que "Papy Christian" lui avait fait des choses. Avec les paroles d'un petit gaçon, Gabriel avait dit à sa maman que son grand-père avait eu des gestes très difficiles à dire. (...)"
Rose-Mary Benett pleure.
"Et ma fille m'a demandé : "Maman, que dois-je faire?"
"Je lui ai répondu : "Demain à la première heure, tu appelleras ton ex-mari, Philippe. Tu donneras le téléphone à Gabriel. C'est lui qui devra parler."
"Gabriel a dit les choses à son papa. Comme il a pu. Et son papa a agi comme tout bon père de famille l'aurait fait. Il a téléphoné au 119. On lui a dit d'amener son fils à l'hôpital. C'est ce qui a été fait par ma fille et mon ex-gendre. L'enfant a été examiné. Et selon l'examen, ce qu'il disait était vrai.
"Ca, c'est juste le début. A partir de ce moment-là, Gabriel a passé des jours terribles."

Partager cet article

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article

commentaires