Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Affaire Iacono - Le livre
  • Affaire Iacono - Le livre
  • : Christian Iacono, ex-maire de Vence, a été condamné, en avril 2009, à 9 ans de réclusion pour le viol de son petit-fils. Il a fait appel de cette décision de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Journaliste à Nice-Matin, Gérard Porcheron raconte son enquête menée en 2003-2004. Il rend compte du procès et de l'appel dans ses livres: Affaire Iacono - Non Papy, je n'ai pas menti. et La douleur ça ne se rêve pas.
  • Contact

Recherche

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 10:58

Pas de sortie samedi pour l'accusé reconnu par deux fois coupable. Le procureur de Grasse a fait, hier après-midi, appel de la décision d'élargissement conditionnel prise le matin même par la juge d'application des peines.
Pourquoi ? Parce qu'il fait appliquer une décision de justice qui n'a pas été cassée et dont on attend de savoir si elle sera, un jour, révisée.
Tout ça quoiqu'en pense une partie de l'opinion publique. Une partie. Parce qu'il n'y pas qu'une voix discordante. Si on cherche, on en trouve. Notamment dans les deux jurys de cour d'assises. Non? Chez ceux qui savent. Qui ont lu, vu et entendu.
Pas chez les adeptes de la vénérée parole. Ceux qui justement n'ont pas cherché à savoir. Par confort, par paresse. Par peur de trouver une vérité qui leur fasse mal. Pour les tout proches, ça peut s'entendre. Pour les autres, c'est de la soumission à l'homme de pouvoir. Par intérêt ou pour qu'il les trouve beau et leur accorde un peu de son attention.
La rétractation? Ben oui. Ce que dit Maître Sandrine Reboul : la culpabilité d'avoir envoyé quelqu'un en prison fût-il son agresseur; le prolongement d'un dossier qui allait se fermer et emporter une raison d'être.
Ce que dit Boris Cyrulnik : la négation du réel pour se donner l'impression d'être comme les autres. Pour se sortir d'une spirale infernale.
Et il y a encore plein de raisons. Dont une à laquelle tout le monde pense. Et qui intéressera fatalement la justice. De quoi vit l'étudiant? De ses indemnités de victime? Il ne peut pas les avoir empochées en disant que personne ne lui avait jamais rien fait quand même! Ce serait un comble!
A bientôt. Pour d'autres articles et commentaires. Puisqu'on n'en est décidément pas à la fin de cette sinistre affaire. Elle va encore mobiliser beaucoup de personnes, faire perdre beaucoup de temps à la justice, faire couler beaucoup d'encre et coûter cher aux contribuables.

Bref, le foutage de gueule est loin d'être terminé.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'auteur
commenter cet article

commentaires

papaencolère 18/02/2012 17:50

En tout cas, si le but était de "se donner l'impression d'être comme les autres" ou de "se sortir d'une spirale infernale"... on peut le dire, vraiment bravo !!! Très très réussi ! Chapeau-bas Mr
l'amnésique !!!

philippe siogli 18/02/2012 01:22

Il me semble que la subornation de témoin, si elle était mise en évidence,ne pourrait qu'alourdir considérablement le cas du condamné Iacono, et amener évidemment l'inculpation de tous ceux qui
auraient prêté la main à cela, par conséquent le délicieux clan vençois. Gabriel pourrait plaider pro domo suo la fragilité et la vulnérabilité, et se désignerait par conséquent comme un fantoche
inconsistant, à qui, en bonne logique, il n'est pas sensé de confier un nourrisson, fût-il le sien. Surtout pour l'emmener zouker dans des discothèques enfumées, à l'âge de 3 mois, comme il s'en
était vanté, avec l'élégance qui le caractérise quand il calomnie ceux qui l'ont porté pendant 11 ans, et à qui il a craché au visage avec désinvolture.
Au moins Judas s'est jugé lui-même, comme nous le rappelle l'évangile selon Matthieu.

Quidam 17/02/2012 20:55

Effectivement, l'action du procureur montre qu'il n'est pas dupe. Dans le scénario d'une subornation de témoin avec de l'argent, vu la nature du compromis, il s'agirait de sommes importantes, cela
laisse des traces. Par ailleurs, il semble difficile que de tierces personnes ne soient pas au courant, ce qui multiplie les témoins. Laissons la police faire son travail, il semble difficile qu'un
tel château de carte puisse tenir debout secrètement très longtemps.

La question que je me pose, c'est est-ce qu'en cas de libération de Iacono, l'affaire serait close, ou bien est-ce la caractérisation a postériori, dans quelques années, d'une subornation de
témoin, peut relancer le procès ? Car dans le premier cas, c'est une course contre la montre qui se jouerait pour le procureur en ce moment...et respectivement pour Gabriel et son Grand père.

philippe siogli 17/02/2012 17:23

Passablement agacé par les commentaires filandreux et toujours aussi bornés du Comité de soutien, j'y ai posté le com suivant, qui, comme à l'accoutumée, ne paraîtra pas, évidemment. Sinon ici.
Qu'on m'excuse pour des licences langagières dont je ne suis pas coutumier, mais trop, c'est trop...

Toujours les mêmes antiennes ; si Iacono n'est pas libéré, malgré les pieds et mains des pantins qu'il manipule, Cécile et Janine Iacono, entre autres, bien connues pour leur remarquable
intelligence, c'est que les personnes ayant un avis décisionnaire ont une parfaite connaissance du dossier, à la différence des ravis éberlués du comité de soutien.
Conseil à Gabriel, avant qu'il n'aille peut-être, par un habile échange, goûter des joies de la condition carcérale, parce que si Iacono sort, en bonne logique lui le remplacera, pour
faux-témoignage : en plus de la prétendue grève de la faim, qu'il lui adjoigne celle de la connerie.